Actualités de

jeudi 9 septembre 2021

Aux sources de l'éthique N°3

Qui a dit : « … En 1970, j’ai créé le terme de bioéthique pour décrire l’union des valeurs éthiques et des faits biologiques »

« Quand tu bois l’eau, demande-toi qui a creusé le puits » Sagesse orientale (libre adaptation)
Cette rubrique se veut un hommage à celles et ceux qui sont à la source de l’éthique et de la bioéthique et qui, encore aujourd’hui, peuvent, selon l’expression de Paul Ricœur, nous « donner à penser » … pour agir dans le monde.

[ABC Tech posssède 75% de part de marché et XYZ 25%]

« … En 1970, j’ai créé le terme de bioéthique pour décrire l’union des valeurs éthiques et des faits biologiques ». L’auteur confirma ce terme dans son ouvrage paru en 1971, intitulé « Bioéthique, un pont vers le futur »  pour montrer que ce mot nouveau devait distinguer et solidariser « la bioéthique médicale » et la « bioéthique écologique ». La première a une « visée à court terme » et concerne le discernement éthique à mettre en œuvre dans la préservation de la santé. La seconde a une « visée à long terme » car elle est concernée par ce que « nous devons faire pour préserver l’écosystème » afin qu’il reste « compatible avec la survie de l’espèce humaine », une « survie acceptable » et non une « survie misérable ».

Ces citations « ré-organisées » sont extraites de l’ouvrage de Van Rensselaer Potter, Global bioethics, publié en 1988. Sans vouloir entrer dans le détail de la pensée de Van Rensselaer Potter, oncologue, pionnier et visionnaire de la bioéthique, l’essentiel est sans doute de retenir cette métaphore du pont que devait être la bioéthique entre le présent et le futur, entre l’avenir de l’homme et celui de son environnement, entre les sciences et les valeurs humaines. Ainsi Van Potter lie environnement et « santé de la personne » qui va au-delà « de la santé végétative et animale » pour être « la propriété d’une personne responsable, dotée de raison et de sensibilité, qui est active dans le maintien et l’amélioration de sa propre condition mentale et physique ». En fait ce fut donc secondairement que la bioéthique se vit restreinte à l’éthique biomédicale ou éthique des sciences et techniques de la vie et de la santé comme si la vie humaine pouvait être envisagée de manière isolée en oubliant son environnement. Cette recentration de la bioéthique sur l’éthique biomédicale fut certes liée aux progrès majeurs des sciences de la vie et de la santé dans les années qui suivirent la fin de la deuxième guerre mondiale, jusqu’à ce que la prise en compte des conséquences des actions humaines sur l’écosystème permette de redécouvrir les liens entre environnement et santé. ll faut donc rendre hommage au caractère visionnaire de la pensée de Van Rensselaer Potter qui s’appuya lui-même sur les travaux d’Aldo Leopold et de John Baird Callicott sur « l’éthique de la Terre ». Pourtant, Van Rensselaer Potter ne fut pas, comme il l’avait cru, le créateur du terme « bioéthique »……….

(Commentaires détaillés in Les Grandes questions de bioéthique, au XXI°siècle, dans le débat publis, LEH éditions, 2018).

Inscrivez-vous à la newsletter En savoir plus

ERENA Poitiers CHU de Bordeaux
ERENA Poitiers CHU de Limoges
ERENA Poitiers CHU de Poitiers
ERENA Poitiers Université de Poitiers
ERENA Poitiers Université de Limoges
ERENA Poitiers Université de Bordeaux
ERENA Poitiers Université de Bordeaux Montaigne
ERENA Poitiers Université de Pau et des Pays de l'Adour
ERENA Poitiers Université de La Rochelle
ERENA Poitiers FEHAP
ERENA Poitiers FHF
ERENA Poitiers FHP