Actualités de

mardi 4 janvier 2022

Aux sources de l'éthique N°8

Où trouver les diverses formulations sur la justice au sens de la distribution équitable des fardeaux et des avantages

D'où provient :

" (1) à chaque personne une part égale, (2) à chaque personne en fonction de ses besoins particuliers, (3) à chaque personne en fonction de l’effort individuel, (4) à chaque personne en fonction de sa contribution à la société et (5) à chaque personne en fonction de son mérite. "

 

Rapport Belmont

principes et lignes directrices éthiques pour la protection des sujets humains de la recherche

 

Il s’agit là d’un extrait du « rapport Belmont », rédigé aux Etats-Unis par la Commission nationale pour la Protection des sujets humains dans le cadre de la recherche biomédicale et comportementale, créée par la Loi du 12 juillet 1974. Publié le 18 avril 1979, il porte le nom du Centre de conférences où se sont déroulées en 1976 les premières discussions. Il traite des « principes éthiques fondamentaux et des directives qui devraient aider à résoudre les problèmes éthiques liés à la conduite de la recherche avec des sujets humains ». Ce rapport demeure un des textes « historiques » de la bioéthique moderne. Il établit les trois grands principes de la recherche sur l’être humain : le respect des personnes, la bienfaisance, la justice. Mais ces « visions » croisées de la justice ont une portée générale qui mérite d’être méditée. Ainsi, pendant la pandémie,  est-ce juste dans les ehpad d’allouer à chaque résident la même fréquence et la même durée de visite (formulation 1)  ou est-ce moduler les visites en fonction des besoins de chacun  (formulation 2)[1] ? Peut-on fonder la dispensation des soins en cas de formes graves de Covid aux seules personnes « vaccinées » qui auraient ainsi « mérité » leurs soins en déclarant non prioritaires les personnes non vaccinées  (formulation 5)[2]? En dehors de la pandémie de tels débats ont existé pour nombre de maladies liées à des facteurs comportementaux (voir le questionnement lié à l’indication de la transplantation hépatique chez des malades atteints de cirrhose alcoolique). Peut-on imaginer un tri dans l’accès à des soins critiques en période de pénurie en fonction de « l’utilité sociale »  (formulation 4)? Dans la recherche biomédicale (et notamment dans les recherches vaccinales sur les êtres humains sans lesquelles jamais des vaccins contre le SARS-CoV-2 n’auraient pu être proposés aussi rapidement) comme dans la pratique des soins, le concept de justice se doit d’affronter la complexité en se défiant des postures réductionnistes. On l’a déjà vu en traitant précédemment de la distinction aristotélicienne entre le juste et l’équitable (Voir Sources de l’éthique 5)[3]. Mais il faut sans cesse aller plus loin pour ne pas s’enfermer dans des conceptions trop étroites de la justice qui négligeraient la nécessaire articulation entre les « doctrines » qui visent le collectif et la singularité de chaque personne humaine, comme le lien à maintenir entre la justice et la fraternité avec ses deux visages que sont la sollicitude et la solidarité.

Roger Gil

[1] R. Gil. Covid-19 : Une éthique en tension, entre santé publique et souffrances humaines. LEH éditions, 2021.
[2] https://poitiers.espace-ethique-na.fr/actualites_931/deliaison-sociale_3070.html
[3] https://poitiers.espace-ethique-na.fr/actualites_931/philo-5_2954.html

 

Inscrivez-vous à la newsletter En savoir plus

ERENA Poitiers - partenaires
ERENA Poitiers FHF
ERENA Poitiers FHP
ERENA Poitiers - partenaires
ERENA Poitiers Université de Bordeaux
ERENA Poitiers Université de Limoges
ERENA Poitiers Université de Bordeaux Montaigne
ERENA Poitiers Université de Poitiers
ERENA Poitiers Université de Pau et des Pays de l'Adour
ERENA Poitiers FEHAP
ERENA Poitiers Université de La Rochelle
ERENA Poitiers CHU de Limoges